Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Fénelon Vaujours

Visite d'une église chaldéenne à Arnouville-lès-Gonesse le 9 novembre 2016

Eglise chaldéenne

Le mercredi 9 novembre 2016, une dizaine de jeunes est partie visiter une église chaldéenne dans le Val d'Oise.

Le mercredi 9 novembre 2016, une dizaine de jeunes est partie visiter une église chaldéenne dans le Val d'Oise.

Le but était de dialoguer avec nos frères chrétiens d'Orient, connaître les ressemblances et différences des rites, ainsi que le pourquoi de leur présence en France.

Un sacristain nous a accueilli. Nous avons d'abord prié pour l'unité des chrétiens, pour les réfugiés chassés de leur pays et pour que les extrémistes religieux puissent découvrir que leur Dieu est un Dieu d'Amour.

Après, nous avons étudié les grandes icônes murales peintes par un paroissien.

Enfin, nous avons discuté avec le sacristain qui nous a déchiffré les inscriptions en araméen des icônes et de l'autel. En effet, les messes sont célébrées dans la langue de Jésus : l'araméen. L'araméen est compris de tous mais les adultes ne savent ni le lire ni l'écrire. Actuellement, les jeunes du catéchisme apprennent à le lire et à l'écrire. Pour la communauté, il est très important de transmettre et de faire perdurer la tradition. 

Il nous a également expliqué que sa communauté venait en majorité de Turquie. Dans les années 1980, les Chaldéens de l'Est de la Turquie (région de Mardin), fuirent en masse vers l’Ouest de la Turquie et l’Europe occidentale afin d’échapper aux persécutions des Kurdes et à la situation de guerre civile. Depuis les années 90, des vagues de réfugiés chaldéens d’Irak sont arrivées en Turquie. Certains s’y sont installés, d’autres ont trouvé refuge en Europe occidentale et notamment en France. En ce moment, ils accueillent de plus en plus de chrétiens venus de Syrie et d'Irak.

Nous avons fini notre visite en priant le Notre Père récité en araméen par le fils du sacristain. 

Nous souhaitons, suite à cette visite, apprendre phonétiquement le Notre Père en araméen.